Un apple 1 aux enchères, retour aux origines des ordinateurs de la célèbre marque à la pomme

Ventes aux enchères. Un ordinateur Apple 1 est mis en vente à Cologne en Allemagne. Datant de 1976 et encore en état de marche, l’invention des fondateurs d’Apple, Steve Wozniak et Steve Jobs, pourrait se vendre entre 180 000 et 300 000 euros.

Vidéo AFP 20 mai 2017

L’Apple 1, comme on peut s’en douter est la première création des deux Steve, Jobs et Wozniak. Il a été commercialisé dès avril 1976.

Ces deux bricoleurs passionnés ont réalisé ce micro-ordinateur en kit dans le garage de Jobs. Ils parviennent à en vendre  environ deux cents exemplaires. Leurs clients étaient principalement des associations de type « club-informatique » et des commerces d’électronique.

Ce succès leur donne l’idée et les moyens de persévérer et d’aller plus en avant. C’est alors que Steve Jobs se lance dans une campagne de communication pour obtenir les fonds nécessaires. Il parvient à convaincre un manager professionnel de présider son entreprise d’une douzaine d’employés, entreprise à laquelle sera associé le grand cabinet de relations publiques Regis McKenna.

Regis McKenna and the Steve Jobs « Santa »

C’est ainsi que le 1er avril 1976 à Cupertino en Californie, la société Apple Computer fut créée. Steve Jobs et Steve Wozniak auront pour co-fondateur un certain Ronald G. Wayne, que les Inrocks ont nommé le mystérieux troisième homme d’Apple ou Mac Génération, le troisième mousquetaire d’Apple. Il ne restera pas longtemps associé aux deux Steve.

Jobs avait travaillé comme programmeur pour Hewlett-Packard et pour Atari, la société pionnière et fondatrice de l’industrie des jeux vidéo. Par ailleurs il s’intéresse aux arts et aux spiritualités orientales. Steve Wozniak, quant à lui est plus profondément technicien, il était en effet électronicien chez HP. Ce qui est intéressant de remarquer, l’importance du partage de talents provenant d’horizons différents.

Les deux hommes ont baigné dans la culture, ou sans doute serait-il plus juste de dire la contre-culture, des clubs d’informatique. Dans ceux-ci, se réunissaient régulièrement de jeunes ingénieurs et des amateurs au sens noble du terme signifiant « ceux qui aiment », pour s’échanger des trucs et des astuces, des idées de programmes et de logiciels. Avec ces clubs informatiques, on est loin de l’informatique centralisé incarné par la société « International Business Machines Corporation », connu sous le nom d’IBM. Sans doute le plus connu de ces clubs fut Homebrew Computer Club, (1975 – 1986).

Cependant, il faut se garder de ne pas tomber dans le mythification. On aime ordinaire la légende des origines, par exemple celle qui voudrait que tout est né à partir de presque rien et de peu de moyens. Nous sommes à l’époque de la guerre froide et de la guerre au Vietnam et « la Silicon Valley, à cette époque de guerre froide et de guerre au Vietnam, est couverte de dollars par le ministère de la Défense et la grande industrie américaine, qui financent les universités, les laboratoires et les entrepreneurs, irriguant un milieu technologique extraordinairement compétent et inventif« , rappelle l’historien Pierre Mounier-Kuhn, dans son article sur « Apple » dans l’Encycloplaedia Universalis.

Hervé Moine, CyberPhilo

Publicités